Dernière nuit à Twisted River / John Irving

johnirving

Au Nord de l’Amérique, à la frontière du Canada vivent des hommes rudes à l’image de leur décor : ils sont bûcherons, draveurs (flotteurs de bois), camionneurs…
Dominic Baciagalupo, 30 ans, cuisinier boiteux tient avec brio la cantine de ce camp de bûcherons. Il est veuf et élève seul son fils de 12 ans Danny.
Celui-ci tue par accident Jane, l’indienne, l’aide cuisinière et maîtresse de son père. Mais Jane était aussi la compagne du shérif Carl, le «Cow boy », homme dangereux, hargneux, buveur et violent.
Ketchum, l’ami fidèle et protecteur de Dominic lui conseille de s’enfuir avec son fils pour échapper à la vengeance impitoyable du « Cow boy ».
Désormais, Dominic et Danny sont des fugitifs. Leur aventure ne fait que commencer.
Très beau roman, émouvant et sensible, sous-tendu par les thèmes de l’amour paternel et filial et de l’amitié.
Du tout bon John Irving. A lire.

Advertisements

HHhHH / Laurent Binet

HHhH

Prix Goncourt du premier roman 2010

Titre insolite et intrigant qui signifie : « Himmlers Hirn heisst Heydrich : le cerveau de Himmler s’appelle Heydrich ».
Le roman raconte la préparation et les suites de l’attentat contre Reinhard Heydrich, chef de la Gestapo et des services secrets, planificateur de la solution finale. On l’appelait le « bourreau de Prague » ou encore la « bête blonde ». L’assassinat de cet homme, réputé l’homme le plus dangereux du IIIème Reich est confié par Londres à deux jeunes parachutistes, un Tchèque et un Slovaque : c’est l’opération « Anthropoïde ».
Ce livre n’est pas une énième histoire sur la seconde guerre mondiale : il vaut aussi par sa démarche originale qui mêle fiction et réalité au gré des réflexions de l’auteur qui s’interroge sur le paradoxe du « roman historique » et l’impact de son écriture dans sa propre vie.
Intéressant.

La chambre des vies oubliées / Stella Duffy

stelladufy

Un quartier pauvre du sud de Londres, un pressing que son vieux propriétaire Robert Sutton veut céder, des personnages qui se croisent et s’entrecroisent.
Robert a trouvé un repreneur pour son magasin : Akee, un jeune Anglais musulman d’origine pakistanaise.
Avant de remettre au jeune homme le pressing, Robert veut tester Akee. Il le prend à l’essai pour quelques mois pour lui enseigner le métier.
Ces deux hommes si différents vont apprendre à se connaître, s’apprivoiser et s’apprécier.
Petit à petit, Robert se dévoile et livre à Akee ses « secrets ».
Très beau roman, plein de pudeur et d’humanité où Londres se révèle être le décor parfait.

Le caveau de famille / Katarina Mazetti

caveau

Vous avez adoré « Le mec de la tombe d’à-côté », alors lisez « Le caveau de famille ». C’est de la même veine.
Le couple improbable du livre précédent se reforme pour satisfaire le désir d’enfant de Désirée.
Nouvel essai mais transformé cette fois-ci puisqu’enfant(s) il y aura !
Rien n’est facile entre la bibliothécaire et le fermier mais l’amour peut aider…
Les chapitres s’enchaînent avec vivacité et légèreté.
L’humour est toujours bien présent.
Les voix alternées de Benny et Désirée donnent au récit une note de sincérité et d’authenticité qui nous interpelle. Eux c’est nous.
Et ça fait du bien de pouvoir sourire de nos travers et nos mésaventures conjugales !

Les mots de ma vie / Bernard Pivot

pivot

Bernard Pivot, c’est « Apostrophes » !
Durant 15 ans, cette émission littéraire mythique a fait entrer dans les foyers, chaque vendredi, à une heure de grande écoute (21h30) les livres et leurs auteurs.
L’animateur, Bernard Pivot, avec son immense culture littéraire (c’est un « dévoreur de livres »), sa courtoisie et sa modestie mettait en valeur ses invités. Avec ses questions judicieuses et pertinentes, il leur permettait de parler de leurs œuvres qu’elles soient scientifiques, philosophiques ou romanesques, avec clarté et passion. Du coup, chaque téléspectateur se sentait intelligent ; il comprenait tout : la philosophie, les mathématiques et les sentiments…
Bernard Pivot est aussi un amoureux de la langue française. Dans son livre, il nous donne par ordre alphabétique, les mots qu’ils aiment, qui comptent pour lui ou qui l’émeuvent, nous révélant par la même occasion un peu de sa vie (pas trop : il est très pudique !).
C’est un vrai plaisir de découvrir de cette façon originale, le parcours de cet homme intelligent et passionné à travers notre belle langue.

L’île sous la mer / Isabel Allende

ilesouslamer

Zarité, dite Tété, est éprise de liberté.
Quel paradoxe, quand on est métisse à Saint-Domingue au 18ième siècle.
En 1770, à 9 ans, elle est vendue comme esclave à Toulouse Valmorain, riche propriétaire d’une plantation de canne à sucre.
Le roman relate son histoire et en parallèle l’histoire de cette colonie française, où les rapports entre maîtres et esclaves semblent immuables.
Pourtant un vent d’émancipation souffle…
Belle fresque historique.
Les personnages sont attachants et pas trop manichéens.

Accabadora / Michela Murgia

accabadora

« Fillus de anima.
C’est ainsi qu’on appelle les enfants doublement engendrés, de la pauvreté d’une femme et de la stérilité d’une autre. De ce second accouchement était née Maria Listru, fruit tardif de l’âme de Bonaria Urrai. ».
Une véritable filiation faite de tendresse, d’amour et de respect s’instaure entre Bonaria et Maria.
Mais qui est Bonaria : la vieille couturière ou une figure plus mystérieuse à laquelle les habitants de ce petit village sarde font, parfois, appel ?
Le secret dévoilé va-t-il altérer à jamais les relations entre cette fille de l’âme et sa mère adoptive ?